Affrontement

Ahmed ne comprenait pas ce qu’il voyait. Au moment où il ouvrit la porte, il vit le Dr. Ruger monter sur une table et tourner le dos à une fenêtre ouverte, un geste sans autre but apparent que de cacher quelque chose de son corps. Ce n’est que lorsque la voix de Jeff lui parvint, un écho plaintif accompagné d’un mouvement de tête qui ne dévoila qu’une mèche de cheveux derrière la hanche de sa ravisseuse. Le portrait se dessina au complet lorsqu’il vit les pieds de Jeff attachés aux barreaux de la chaise sur laquelle il était assis et les doigts du Dr. Ruger agrippés sur le siège, prêts à le renverser à la moindre démonstration hostile de sa part.

« Jeff, ça va? » Le ton était plus tendu qu’il ne l’aurait voulu.

« N’entre pas Ahmed, Jeanne était en train de… » Il ne put finir sa phrase, le coude de Ruger frappa son maxillaire d’un mouvement latéral, les cartilages craquèrent, la douleur lui emplit le visage qui enfla comme une baudruche. Lire la suite »

Publié dans Heuristique. 1 Comment »

Descente

Jeff tentait de rentrer chez lui lorsqu’il s’aperçut qu’il était nu. Une panique soudaine s’empara de ses sens et il jeta des regards saccadés autour de lui. D’être vu ainsi par ses camarades de classe serait d’une honte impardonnable et il se demanda s’il ne valait pas mieux retourner dans l’école pour se cacher et peut-être même retrouver ses vêtements. La porte était toutefois verrouillée et il se rappela sans trop savoir comment qu’on était dimanche et que l’école n’ouvrirait pas avant le lendemain. Comment donc s’était-il mis dans une pareille situation de toute façon? Il n’avait pourtant pas l’habitude de sortir de chez lui en oubliant de s’habiller. Et comment s’était-il rendu si loin sans se faire voir? Il oublia les questions puisque les réponses ne venaient pas et se concentra sur le problème devant lui: retourner à la maison incognito. Il fit quelques pas dans la cour de l’école tout en cherchant autour de lui un bout de carton ou de tissu qui aurait pu lui servir de pagne. C’est à ce moment qu’il entendit les cris lointains des enfants qui se tenaient près de l’église. Il était pris!

Jeff se lança dans une course folle en ligne droite vers sa maison. Avec un peu de chance, il arriverait à les battre de vitesse et de gagner un refuge. Il ne serait pas à l’abri des quolibets mais au moins une partie de sa dignité serait sauvée. Il tourna la tête brièvement. Horreur! Ils avaient des bicyclettes! Jeff se mit à pleurer et baissa la tête, redoubla d’efforts. Ses pieds ne bougeaient pas, quelque chose le retenait par le ventre et l’empêchait d’avancer. Les garçons avaient franchi la moitié de la distance et poursuivaient leur violente chevauchée en remplissant l’air autour d’eux des rires fébriles de l’anticipation. Jeff avait perdu tout espoir et était sur le point de s’effondrer. Sa conscience vacilla un instant puis de nouveaux souvenir l’emplirent. Je ne suis pas un écolier, je n’habite plus chez mes parents. Lire la suite »

Furie

Spidla ne semblait pas vouloir souffrir, c’était un point en faveur de Dannie. Il ne semblait pas non plus tomber pour son bluff et ce point l’irritait joliment. Dannie n’avait jamais torturé qui que ce soit et ce n’était pas là une activité qui figurait sur sa liste de choses à faire avant de mourir. Il comptait faire peur à son captif, lui foutre la trouille pour qu’il déballe son lot sans avoir à lui toucher. Mais le gaillard avait la peau épaisse, il en avait vu d’autres de toute évidence. Mais qu’est-ce qu’un journalier de station de radio avait bien pu faire dans sa vie pour s’endurcir à ce point?

Dannie changea de tactique puisque celle-ci ne mènerait à rien à moins qu’il ne mette ses menaces à exécution. Et encore. Le temps pressait. Comme toujours quand on me demande quelque chose, se dit-il, c’est pour hier. Voyons voir si mon bonhomme a quelque chose à se reprocher. Lire la suite »

Entonnoir

Ahmed se tourna vers Edna sur le siège d’à côté tandis qu’il éteignait le moteur de sa voiture. Elle ne bougea pas, continuait à regarder par la fenêtre sans rien dire. Il en fit autant et sortit dans le stationnement de la boulangerie pour leur attraper quelque chose à manger au passage avant de retourner au travail. La rencontre spéciale qu’il avait organisée risquait de durer un peu plus longtemps qu’à l’habitude. Ou peut-être un peu moins.

Un poste de télévision à l’intérieur annonçait déjà la nouvelle à propos d’Alex et de la déconfiture de sa conjointe devant cinq-cent-milles auditeurs. La voix d’un analyste bien connu résuma la situation en peu de mots: c’était la fin pour le NPL et les rêves d’Alexander Blaine. Ahmed maudit les médias et leur propension à tout gonfler en d’hideuses proportions. Ce serait la fin du NPL lorsque les membres diraient que c’était la fin, pas une seconde avant. Il résista à l’envie de prendre son téléphone et d’appeler la station de télévision qui diffusait le reportage. Mieux valait planifier la réponse tous ensemble.

Edna ne semblait pas avoir bougé à son retour. Il tenta de briser le silence. Lire la suite »

Enjambées

Jeff sentit son épine dorsale se ramollir et vaciller dans tous les sens. Il fit pivoter sa chaise et lança un regard plein de questions et d’inquiétudes en direction du Dr. Jeanne Ruger. Elle haussa les épaules et pinça les lèvres, un mélange d’incompréhension et d’insouciance sur son visage. Jeff saisit d’une main la télécommande de son ordinateur multimédia et appela le lecteur de télévision. Une fenêtre s’ouvrit et lui offrit un choix de chaines parmi ses préférées. Il se dépêcha de choisir une station de nouvelles nationales en espérant que Jeanne n’eût pas le temps de voir la liste complète de ses canaux fétiches.

Rien qui n’était relié à l’histoire d’Alex ne s’afficha pour le moment et Jeff se pencha sur un de ses claviers pour lancer quelques recherches sur le Web. Jeanne roula sa chaise un plus près de lui pour regarder par dessus son épaule. Il lançait des recherches dans des moteurs autres que les habituels Google, Yahoo et MSN et Jeanne s’aperçut que Jeff contrôlait son propre réseau de recherche Web.

« Tu… tu cherches quoi au juste, et surtout avec quoi? » Lire la suite »

Publié dans Heuristique. 2 Comments »

Convergence

Ahmed se regarda les ongles dans le lobby du studio en attendant Edna. Il en mordit un, se remua sur sa chaise, se gratta la cuisse et regarda l’heure encore une fois. Encore une dizaine de minutes avant l’émission. Il n’arrivait pas à se calmer, l’atmosphère de la salle d’attente lui déplaisait, le visage du régisseur ne lui revenait pas, le dos tourné de St-Clair lui avait laissé un mauvais gout. Jamais depuis qu’il avait quitté son pays n’avait-il senti autant de lourdeur dans les choses autour de lui. Son instinct, depuis si longtemps forgé sur le même modèle que celui de son père et de ses frères, lui parlait haut et fort. Embuscade. Edna et lui venaient de mettre les pieds dans un traquenard, il n’en était que trop certain. Mais comment? Quels étaient les signes qui lui éclairaient l’esprit et le menaient à cette conclusion? La couleur des murs ou les replis de graisse sous la chemise d’un St-Clair qui ne lui avait même pas fait face?

C’est ton coeur qui bat trop fort, Mohammed. Il n’y a rien ici que des gens qui parlent. La parole ne peut pas tuer, n’est-ce pas? Il se leva soudainement, pris d’une angoisse qui lui serra la poitrine. La réceptionniste leva les yeux et sourit, baissa la tête vers son écran en lançant à voix haute:

« Il y a du café derrière moi, vous en voulez un? » Lire la suite »

Contrecoup

« Opérateur 911, quelle et votre urgence? »

« Allo, je suis animateur de radio, un de mes auditeurs qui ne s’est pas identifié vient de me refiler une information qu’il va falloir vérifier immédiatement. Il y aurait un homme mort dans les bois près du mont Grizzly. J’ai envoyé un de mes collègues sur place pour guider les policiers, il a les coordonnées exactes avec lui. Oui, dépêchez-vous! »

**********

« Alors Serge, tu l’as vu? »

« Oui, les policiers sont vite arrivés, Blaine n’était pas très difficile à trouver. »

« Et? »

« Je me suis faufilé entre les arbres, pas de doute, c’est lui. Ça fait des semaines qu’il décompose sur place, ce n’est pas joli. Le sergent m’a bien averti de ne rien divulguer avant que le corps n’ait été proprement identifié. »

« Ouais, il peut bien se mettre sa censure où je pense. Rien d’autre d’intéressant? »

« Ils ont retiré une lettre de sa poche mais l’ont tout de suite placée dans un sac de plastique. »

« Serge, trouve cette lettre! Je veux savoir ce qu’elle contient! »

« Shit, tu n’as pas idée de ce que tu me demandes? Je pourrais me faire jeter en dedans pour entrave à la justice. »

« Rappelle-toi de notre entente, je triple ta prime si tu me racontes le contenu de cette lettre. »

« Bordel de merde, ok, je vais voir ce que je peux faire. » Lire la suite »

Publié dans Heuristique. 2 Comments »