Affrontement

Ahmed ne comprenait pas ce qu’il voyait. Au moment où il ouvrit la porte, il vit le Dr. Ruger monter sur une table et tourner le dos à une fenêtre ouverte, un geste sans autre but apparent que de cacher quelque chose de son corps. Ce n’est que lorsque la voix de Jeff lui parvint, un écho plaintif accompagné d’un mouvement de tête qui ne dévoila qu’une mèche de cheveux derrière la hanche de sa ravisseuse. Le portrait se dessina au complet lorsqu’il vit les pieds de Jeff attachés aux barreaux de la chaise sur laquelle il était assis et les doigts du Dr. Ruger agrippés sur le siège, prêts à le renverser à la moindre démonstration hostile de sa part.

« Jeff, ça va? » Le ton était plus tendu qu’il ne l’aurait voulu.

« N’entre pas Ahmed, Jeanne était en train de… » Il ne put finir sa phrase, le coude de Ruger frappa son maxillaire d’un mouvement latéral, les cartilages craquèrent, la douleur lui emplit le visage qui enfla comme une baudruche.

« Monsieur Ait-Khader, quelle bonne surprise, j’étais justement en train de causer avec votre ami monsieur Richard. C’est une bonne idée que vous avez eue de nous joindre. Nous allions aborder l’utilisation de mon heuristique dans le programme du NPL. »

« D’après ce que je vois en ce moment, je ne suis plus certain que ce soit une bonne idée. »

« Vite tirée comme conclusion. Jeff est pourtant d’accord avec l’idée. »

« Même si Jeff était en désaccord, je doute qu’il pourrait nous le dire en ce moment. Jeff, tu m’entends? »

Jeff grogna.

« Assez discuté, Jeanne, il est temps d’admettre votre défaite et de descendre de là. Nous savons tout sur vous, c’est fini. »

« J’ai une meilleure idée, » répondit-elle calmement avant de vociférer, « c’est vous qui allez sortir de cette pièce sinon j’envoie votre beau chérubin embrasser la rue. À trois… »

« Attendez… »

« Un… »

« Deux… »

Ahmed recula jusqu’à la porte et mit la main sur la poignée sans la regarder. Il franchit le seuil toujours à reculons et se retrouva dans le couloir où l’angle des murs lui empêchait de voir Jeff.

« Vous restez là, » cria le Dr. Ruger.

Ahmed entendit des murmures mais ne put discerner que des syllabes détachées qui formaient des phrases incohérentes. La situation était encore plus grave qu’il ne l’avait cru mais maintenant qu’il était confronté à celle qui avait écorché et enterré Alex, il se demandait comment il avait pu croire ainsi. Sa résolution de mettre hors d’état de nuire cette psychopathe augmenta et il plaça deux courts appels une fois hors d’atteinte des oreilles de cette femme tout aussi dangereuse qu’elle était probablement malade. Puis il revint sur le pas de la porte sans essayer d’être discret. Il ne voulait surtout pas la faire sursauter.

« Dr. Ruger, vous êtes toujours là? Est-ce que Jeff va bien? »

« Il ne peut venir vous parler, il souffre d’une légère migraine. »

Ahmed essaya de gagner du temps.

« J’imagine qu’il est inutile de vous demander pourquoi vous faites tout ça. »

« Tout ça? » Elle éclata d’un rire hystérique. « Tout ça est un accident, Jeff le sait. Ça ne s’est pas passé tout à fait comme prévu vous savez, c’est de la faute de ce maudit Grec. »

Spidla? Non, il était Russe. Ahmed ne souleva pas la question et détourna le sujet, il la voulait calme.

« Je sais, vous vouliez simplement qu’on essaie votre heuristique. »

Le timbre de sa voix augmenta d’une octave.

« Oui! Mon heuristique. C’est un chef-d’oeuvre vous savez. Jamais dans l’histoire de l’humanité un outil de gouvernance n’aura été aussi puissant ni donné autant d’ailes à un gouvernement démocratique. Vous comprenez ce que je vous dis? Ce n’est pas qu’un jouet dont ce pays se lassera après quelques années, c’est une technologie qui s’immiscera dans le tissu même de la société, dont plus personne ne pourra se passer. L’invention de cet heuristique est aussi importante que celle du moteur à combustion interne ou du microprocesseur. Une fois en ligne, c’est une révolution qui se prépare. »

Ahmed répliqua que c’était aussi ce que voulait Alex mais se mordit les doigts aussitôt que sa phrase quittait sa gorge.

« Je regrette ce qui est arrivé à Alex, vraiment. Il était un vrai homme, pas du tout comme cette mollassonne avec qui il avait choisi de partager sa vie. Quant à Jeff ici présent, je ne sais pas encore quoi faire de lui mais j’imagine que quelque chose me viendra d’ici quelques minutes. »

« Laissez-le partir et prenez moi à la place. »

« Trop d’efforts, vous savez ce que ça m’a pris pour le grimper comme ça sur cette table? »

« Pourquoi dites-vous qu’une révolution se prépare? »

« Pourquoi Ahmed Ait-Khader poserait-il cette question, un si brillant sociologue? Vous essayez de gagner du temps n’est-ce pas? Pourquoi, la police arrive? Ils vont placer un tireur dans l’édifice d’en face et attendre d’avoir une bonne vue sur l’arrière de mon crâne, c’est ça? »

Ahmed sortit son portable qui vibrait dans sa poche. Il lut l’écran et décida qu’il était temps de mettre un peu de pression sur son interlocutrice invisible.
« Rien de tel, j’attends un appel d’un certain monsieur Yokusaru. Je n’essaie que d’entretenir la conversation en attendant. »

S’il avait été dans la pièce, Ahmed aurait vu le visage du Dr. Ruger tourner à l’écarlate. Le silence qui suivit confirma qu’il avait visé aussi juste que le tireur qu’elle s’était imaginée. Il continua.

« Il n’avait pas l’air très content, peut-être n’aime-t-il pas qu’on le réveille en pleine nuit. Il a dit qu’il me rappellerait d’ici, oh, » il regarda sa montre, « une dizaine de minutes maintenant. »

« Vos ressources m’épatent, vous me diriez comment vous avez fait? »

« Tout le monde me pose cette question depuis quelque temps, n’est-ce pas Jeff? Mais la réponse n’est pas très recherchée, c’est Alexis Spidla qui me l’a raconté. »

Une main ouverte s’abattit sur une surface solide puis un autre long silence. Ahmed enchaina.

« Vous n’avez pas eu de chance avec vos portefaix à ce qui parait. La prochaine fois venez plutôt me voir, je connais des gens biens qui auraient pu faire le travail proprement pour une fraction du prix. »

C’est à ce moment que Dannie entra dans l’édifice et gravit les marches en silence. Ahmed se retira de l’embrasure du studio de Jeff descendit un étage avec lui.

« Elle menace de le jeter en bas par la fenêtre. »

« Les pompiers et la police sont en bas, opération silencieuse. Ils m’ont dit qu’ils seraient prêts d’une minute à l’autre. Je pense qu’ils veulent envoyer un négociateur. »

« Pas le temps Dannie, à deux nous serons facilement capables de l’empêcher de pousser Jeff. »

« Bon, ok, mais attends encore deux minutes veux-tu? »

« Facile, » dit Ahmed en remontant prendre son poste.

« J’aimerais parler à Jeff, » reprit-il.

« Ahmed, » lui parvint la voix caverneuse de Jeff après quelques secondes, « ne lui faites pas de mal. »

Dannie et Ahmed se regardèrent, les sourcils froncés et le visage incrédule.

« C’est promis Jeff, tout le monde ici veut régler cette situation le plus vite possible et sans répéter l’histoire. »

Le portable de Dannie se mit à vibrer. Il fit signe du pouce que tout était prêt. Les deux hommes entrèrent dans l’appartement et un seul changement sauta aux yeux d’Ahmed. Jeff et le Dr. Ruger avaient changé de place, il était maintenant devant, toujours ligoté sur sa chaise, tandis que Jeanne était passée derrière.

« Ah, le grand Dannie! J’imagine que c’est toi que je dois remercier pour avoir démasqué Spidla. Nous avons cru t’avoir pendant un bon moment, dommage, nous t’avons sous-estimé. »

« Jeanne, » fit Jeff en essayant de se tourner pour voir ce qu’elle faisait, « viens devant. »

« Non mon beau Jeff, tu sais qu’un échec aussi total que le mien ne sera jamais pardonné. Que je sois capturée, jugée et condamnée, c’est une chose. De souffrir de la honte devant mes camarades, Yokusaru-sama, Hirimachi-sama et Jinto-san est un supplice que je ne pourrai supporter. C’est pourquoi je vous fais mes adieux. Nous aurions pu gagner mais je n’ai pas su faire mon travail correctement. »

« Jeanne! Non! »

La pièce continua de réverbérer des lamentations de Jeff longtemps après qu’elle n’ait plongé.

Publicités
Publié dans Heuristique. 1 Comment »

Une Réponse to “Affrontement”

  1. MissBlue Says:

    Les pompiers sont en bas, ils vont lui sauver la vie mais comme elle tient des Hentai, elle va sauter de toit en toit et voler (???).

    Je sais, San Diego, je n’aurais pas la suite demain matin!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :